La Fribune a décidé de consacrer un dossier entier à l’Utopie, dont nous égrènerons les articles ces prochaines semaines. Petite introduction à ce sujet vaste et passionnant.

Une notion multiple…

Le terme d’utopie a été forgé par Thomas Moore dans son ouvrage « Utopia » paru en 1516. Il décrit alors cette invention comme une « bagatelle littéraire échappée presque à son insu de sa plume »[i]. Pour lui, elle signifie alors « nulle part ».

Quelques siècles plus tard, l’utopie est définie comme « Construction imaginaire et rigoureuse d’une société, qui constitue, par rapport à celui qui la réalise, un idéal ou un contre-idéal » ou encore « projet dont la réalisation est impossible, conception imaginaire »[ii]. Les articles de ce dossier se baseront tous plutôt sur la première définition, illustrée encore par la citation de Thomas Monod pour qui l’utopie n’est « pas l’irréalisable comme on le croit généralement, mais l’irréalisé ».

…pour de multiples usages

A l’approche des votations, la campagne sur le revenu de base inconditionnel (RBI) redouble d’intensité et suscite un débat passionné. Ses opposants qualifient souvent l’initiative d’utopie, parfois même d’utopie dangereuse. Dans le domaine des arts l’utopie se mue en genre à part entière, littéraire ou cinématographique notamment.

Tantôt projet ou argument politique, genre littéraire ou cinématographique, leitmotiv architectural, l’utopie est un concept malléable, parfois flou, qui traverse depuis des siècles tous les aspects de nos sociétés.

Bref, le thème recèle une grande richesse et permet une multitude de regards: culturel, scientifique, historique. Plongez-y avec nous.

Bonne lecture!


[i] Henri DESROCHE, Joseph GABEL, Antoine PICON, « UTOPIE ». Dans Universalis éducation [en ligne]. Encyclopædia Universalis, consulté le 23 mai 2016. Disponible sur http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/utopie/

[ii]Larousse en ligne, « utopie ». Consulté le 23 mai 2016. Disponible sur http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/utopie/80825