FIFF 2017: Petit guide des films en compétition

Parce qu’il n’est pas possible de tout voir, voici un petit guide qui vous permettra de vous orienter dans l’offre cinématographique de la 31ème édition du Festival International de Films de Fribourg (FIFF).

The student

L’histoire de Venya, un jeune étudiant un peu perdu qui se lance dans une croisade morale avec pour seul gouvernail les écrits bibliques. Fanatique, il entre inlassablement en confrontation avec le monde qui l’entoure : les étudiantes de sa classe trop peu habillées au cours de piscine ; sa mère, pécheresse car divorcée ; sa prof de biologie, une hérétique qui enseigne la théorie de l’évolution. Même le pope n’est pas à la hauteur de son interprétation littérale des Saintes écritures. Le film, adapté d’une pièce de théâtre, déroule un récit en une succession de scénettes centrées sur le personnage principal et sa vision frénétique qu’il tente d’imposer tous azimuts au petit monde qui l’entoure. Un film captivant à une époque où le terme de radicalisation est lancé à tout-va mais rarement pour parler d’autre chose que de l’Islam…

Prochaine séance: jeudi 6 avril, 14:45, Arena 1

January

January déploie une relation touchante entre un père récemment divorcé et son fils qui passent leurs dernières vacances dans la maison de campagne familiale. Les deux acteurs sont aussi père et fils dans la vraie vie. Pas étonnant donc que les liens qui les unissent semblent si réels. Tout en plans fixes, le film laisse évoluer les acteurs et leur complicité dans l’espace, sans interférences. Comme des vacances d’été au bord de mer, ce film est une petite capsule temporelle, douce et agréable. À la fin du film, on rentre chez soi, heureux, léger mais pas bousculé.

Prochaine séance: vendredi 7 avril, 12:15, Arena 1

The Night Guard

Le film se déroule en huis-clos, dans l’obscurité d’une nuit mexicaine, derrière les barrières d’un site en construction où le personnage principal, Salvador, travaille comme gardien de nuit. Une succession d’événements bouleversent le gardien dans son travail routinier et ses principes. Le réalisateur use magnifiquement dans ses plans des ombres que de grandes lampes de chantier projettent sur l’immeuble en construction. L’atmosphère est étrange, tendue, on se sent coincé, comme Salvador derrière le grand portail grillagé du chantier. L’utilisation de sons et de bruits rythment les scènes et le récit, ajoutant ainsi à l’ambiance inquiétante.

Prochaine séance: vendredi 7 avril, 14:30, Arena 1

The Truth Beneath

Thriller implacable sur fond de bataille électorale, The Truth beneath ne ternit pas la réputation de la Corée du Sud dans le genre. Une adolescente disparaît alors que son père mène une campagne électorale féroce. Sa mère, magnifiquement interprétée par l’actrice Son Ye-jin, tente alors de découvrir la vérité. Coup monté des adversaires politiques du père ? Coup monté du père lui-même ? C’est rythmé, c’est esthétiquement très beau. Bref, c’est une petite claque.

prochaine séance: jeudi 6 avril, 12:15, Rex 1 

Apprentice

Apprentice approche la problématique de la peine de mort du point de vue du bourreau, une « victime collatérale » selon les mots du réalisateur. Il explique avoir discuté avec plusieurs bourreaux pour préparer le film et façonner les personnages. Lors d’une de ces rencontres il explique : « I forgot he was a hangman ». Cela le pousse à réécrire son scénario dont le personnage de l’exécuteur était trop caricatural. Un film étonnant et beau, mais dont les personnages et leurs relations manquent parfois un peu de profondeur.

Prochaine séance: jeudi 6 avril, 12:45, Arena 1