Le début de ce mois a été marqué par une importante découverte archéologique: celle des potentiels restes d’un établissement viking à Terre-Neuve. N’en déplaise à l’Europe du Sud, une telle découverte participerait à la confirmation d’une implantation de Vikings en terre américaine, quelque 500 ans avant le heureux hasard qui fit accoster Christophe Colomb dans les Caraïbes. Bien des traces attestent de la présence de Scandinaves sur le nouveau monde. Néanmoins, pour la plupart des cas, leur dispersion a été mise au compte du commerce avec les peuples locaux. Seul un camp Scandinave avait jusqu’alors été découvert au Canada: le site historique de L’Anse aux Meadows.

Pour rendre honneur à cette découverte, Lundispensable vous propose cette semaine une édition spéciale Scandinavie: une occasion à la fois de se remplir le crâne des stéréotypes barbus et chevelus que les Vikings ont laissé sur ces pays dans l’imaginaire général, mais aussi de se séparer de ces clichés si réjouissants pour découvrir d’autres esthétiques, décors et cultures des plus splendides. Série, films, jeux vidéos, webcomic, livre, voir même émission de cuisine, qui n’auraient pas vu le jour sans ce que l’on appelle la Scandinavie dans un sens large: Suède, Norvège, Danemark, Island.

Bønne lecture!

bannière

UN FILMHrútar, par Grímur Hákonarson

La salle s’assombrit et le film démarre, Hrútar, Béliers en français. La rudesse des paysages islandais sert de cadre à deux frères, éleveurs d’ovins, Gummi et Kiddi. Malgré la proximité de leurs fermes, adjacentes, ils ne se parlent plus, se haïssent, sans qu’on sache trop pourquoi. Les moutons de l’un d’eux contracte la tremblante, une sale maladie, mortelle pour les animaux. Les autorités sanitaires exigent l’abattage de tous les troupeaux de la région. Dans cette nature aussi belle qu’hostile, le drame animalier s’ajoute au drame humain.

Cette histoire est celle de la ruralité. Elle parle du lien agraire entre les hommes et les bêtes, entre les hommes tout court, aussi. Pour vivre d’abord, pour survivre surtout.

Les lumière se rallument, tout le monde se tait, la gorge serrée. Un film de cette force exige le silence. Il ne finit jamais vraiment mais continue de vous habiter, pour longtemps.

[Vladimir Farine]

Hrútar, par Grímur Hákonarson, 1h33, 2015.

*****

UNE SÉRIEVikings, de Michael Hirst

Puisqu’on parle de Scandinavie, un des premiers clichés qui nous vient à l’esprit sont ces gros barbares blonds et barbus. Parlons donc de Vikings, série canado-irlandaise diffusée depuis 2013, et commandée à l’origine par les chaînes History au Canada et aux USA.

Malgré quelques libertés historiques, surtout à partir de la saison 3, les épisodes apportent tout de même une intéressante vision sur le peuple de l’époque. D’entrée, nous suivons l’ambitieux et excentrique Ragnar Lothbrock. Ce fermier et guerrier se lasse des pillages à l’est du pays, et désire monter une expédition traversant la mer. Bien qu’astucieux, notre protagoniste principal devra faire appel à toutes ses ressources pour triompher.

Encore trop méconnue, Vikings pourrait satisfaire les curieux en quête d’une intrigue et de personnages passionnants. On en retire un savoir général sur ce peuple scandinave, en gardant en tête qu’une série visant un tel nombre de spectateurs prend obligatoirement des libertés.

[Alizée Lombard]

blah

4 saisons de 20x52min, 2013-2016 [En cours]

*****

UN STUDIO DE JEUX VIDÉOS – Paradox Interactive

Si vous deviez imaginer un développeur et éditeur de jeux vidéos Suédois, il est possible, voir même probable, que, poussé par la foule de clichés qui s’agitent en nous tous, vous imaginiez des gens blonds, grands et coiffés de casques à cornes créant de manière sympathique des jeux s’adressant à une niche de joueurs, des jeux pas tout à fait élitistes, mais pour un public averti tout de même (tout du moins c’est ce que cela m’évoquerait).

Alors, je ne me suis pas renseigné sur leur couleur de cheveux, et je suis plutôt sceptique concernant les casques, mais pour le reste vous auriez tout à fait raison. De fait Paradox s’est spécialisé dans les jeux historiques de grande stratégie, c’est-à-dire des jeux où vous devrez gérer une nation toute entière (politiquement, économiquement et militairement) sur une période de temps étendue (qui se compte en siècle à l’intérieur du jeu et en dizaines d’heures dans le monde réel).

Jeux à destination donc d’un public averti, plutôt réfléchi et posé dans sa manière de jouer.

[Benoît Richard]

*****

UN WEBCOMICScandinavia and the World, par Humon

La Scandinavie fascine. Mais que sait-on vraiment des coutumes et des habitudes des scandinaves ?

Depuis le 29 juin 2009, Humon publie un webcomic explorant ces sujets : Scandinavia and the World. Les différents pays composant la Scandinavie sont représentés par des avatars, personnification des aspects du pays : Danemark hédoniste, joyeux et fêtard, Norvège, riche, explorateur et amis de la nature, et Suède, ordonné, connecté et éduqué.

Armée de ses trois personnages, Humon illustre des événements, des traditions, de petits différents culturels, etc. Très vite, d’autres pays ont rejoint la bande, chacun représentant une autre partie du monde. Aujourd’hui, ce n’est pas moins de 37 pays ou territoires qui ont eu droit à leur personnage, basé sur une image plus ou moins clichée en fonction de ce que l’auteur connait du pays. Chaque strip est accompagné d’un petit commentaire donnant le contexte, ainsi qu’une petite explication des décisions prises par l’auteur.

La Suisse a été présente 3 fois: un personnage soigné, bien coiffé et portant une cravate, image du sérieux qui nous définit à l’étranger. Bon, dans un cas, c’était néanmoins pour parler d’attaques de vaches, nouvelles qui semblent venir principalement d’ici.

[Lionel Ieri]

Scandinavia and the World, par Humon, 2009-2016

*****

UN LIVREMon ami Jésus, par Lars Husum

Un titre tout en chrétienté, qui ne manque très certainement pas de vous rappeler quelques visites intempestives de témoins de Gehova le samedi matin, n’est-ce pas ? Ne fuyez pas tout de suite : nulle inquiétude, point de prosélytisme avec ce roman !

Mon ami Jésus, c’est surtout l’histoire de la lente descente aux enfers de Nikolaj, danois dont la malédiction aura été d’être né fils de star. Ainsi est-il détruit par le monde extérieur, mais surtout par lui-même. Et alors qu’il touche comme jamais le fond, perdant ses dernières accroches avec le monde, une visite surprise vient le sortir du gouffre. Après tout, quand un grand caïd, barbu et en sandale vient s’inviter dans son salon en pleine vie, comment conserver une vie inchangée ?

[Bérénice Balmat]

Lars Husum, Mon ami Jésus, Edition J.-C. Lattès, 2012.

*****

UN FILM La vie rêvée de Walter Mitty, par Ben Stiller

Walter Mitty s’embarque pour l’Islande et le Groenland et nous emmène avec lui, allons-y ! Alors oui, ces deux pays ne font pas tout à fait partie de la Scandinavie selon beaucoup, mais pour une fois, écoutons notre ami Wikipédia et levons l’ancre ! En 2013, Ben Stiller réadapte une histoire courte de James Thurber et un film de 1947 du même nom : « La vie rêvée de Walter Mitty », mettant en scène un personnage rêveur, souvent déconnecté de la réalité et héros de ses épisodes d’absence. Dans sa vie ennuyante et solitaire d’employé moyen, Walter nourrit l’espoir de devenir un autre lui, plus extraverti, aventurier et d’avoir enfin le courage de séduire la femme de son cœur. Le magazine américain pour lequel il travaille le pousse à retrouver La photo manquante de la pellicule, celle qui doit faire la une. Il se met alors en route à bord de chalutier, hélicoptère et même skateboard à la poursuite du grand photographe : Groenland, Islande, Afghanistan et autant de mers, monts et volcans défilent sous ses yeux. On s’en régale ! Un grand bol d’air frais au milieu de la vie paramétrée du travail, un grand voyage à l’intérieur de nos rêves. Terre de glace et de feu, la Scandinavie nous appelle à rester connectés avec nos vies et nos ambitions ! Et comme dirait un autochtone  islandophone: « Eigðu góðan dag ! » et son ami groenlandophone : « Iluatitsilluarina ! ».

[Serena Malagnino]

La vie rêvée de Walter Mitty, par Ben Stiller, 2013.

*****

UNE CHAÎNE YOUTUBE – Regular Swedish Meal Time

Parmi tous les stéréotypes un peu éculés dont écopent moult nationalités, avouons que l’ « héritage viking » rattrape pas mal certaines nations – à tout hasard la Suède. Certains subissent cette image, d’autres en profitent : c’est le cas de Regular Swedish Meal Time. Cette émission de cuisine en Swenglish (le pendant suédois du Franglish) vous présente en une dizaine de minutes comment concocter de bons petits à la mode suédoise. Ainsi découvre-t-on de grands classiques de la gastronomie du pays en matière de techniques, telles que la pêche à main nu dans les toilettes, le tranchage de viande à la hache et le pelage de pommes de terre à la force d’une barbe (sans doute d’acier, comme toute barbe suédoise qui se respecte). De quoi vous motivez à vous saisir de votre casque à corneS et de votre spatule !

[Bérénice Balmat]

Regular Swedish Meal Time

*****

N’HÉSITEZ PAS À NOUS ENVOYER VOS IDÉES ET VOS TEXTES POUR LES SEMAINES À VENIR!