En ce 2 mai, alors que l’été et l’hiver s’affrontent violemment à coup de chaleur et de flocons de neige, et qu’entre deux, seul le printemps semble être la victime réduite à ne pouvoir s’exprimer librement, réfugions-nous loin des affres de la météo avec un peu de culture. Au programme: un Orient qui ne se contente pas d’exploser, une croisade barbue, encore plus de neige et de la moustache instructive.

Bonne lecture à tous!

bannière 2 mai

UN SITE D’INFORMATIONOrient XXI

Quand j’étais enfant déjà, j’avais une certaine fascination pour le Proche Orient, la raison est sans doute à chercher au clair de l’une des mille et une nuits. Et puis au commencement du XXIème siècle, on a soudainement commencé à en parler souvent, mais, oscillant entre l’indifférence et le sensationnel, ce fut pour parler toujours d’explosions, du bombardement de Bagdad, à celui de Palmyre.

Depuis, il est assez rare de trouver une voix qui parle avec bienveillance et érudition de cette région, ainsi que de ses cultures et religions. Orient XXI, c’est justement une réaction aux discours tantôt larmoyants, tantôt alarmistes, et souvent trop peu ou trop mal informés. On y retrouve des connaisseurs (universitaires, diplomates ou journalistes) qui nous parlent de l’Orient avec des efforts méritoires pour nous le faire comprendre, dans toute l’étendue de sa complexité.

On y découvre un Orient plus vrai que celui des Mille et une Nuits, et moins sombre que son image habituelle.

[Benoît Richard]

Orient XXI

*****

UN LIVRELa triste histoire des frères Grossbart, par Jesse Bullington

Si l’on vous dit « Figures extrémistes, massacrant des populations n’ayant rien demandé et justifiant chacun de leurs actes sous couvert d’une religion tronquée », vous pensez… croisades, n’est-ce pas ? Bingo, c’est exactement le propos de ce roman.

Manfried et Hegel ont tout pour plaire sur le CV : un visage hideux à la barbe fleurie (pour ne pas dire « faunie »), un comportement violent, une maîtrise de l’art de massacrer des innocents (et des moins innocents) et surtout de justifier pillage de tombes et meurtres par un culte de la Vierge… tout en reniant Dieu. « Ironie », vous dites ? C’est qu’il y en a à foison dans ce roman : sur la route entre l’Allemagne et l’Egypte, les aventures sont nombreuses pour ces ignobles héros, des péripéties entre fantastique et froide réalité de la folie et de la mort. Allez savoir, peut-être est-ce ce décalage qui fait que l’on rit tant en lisant cette « triste histoire », un rire multicolore : tantôt jaune, tantôt noir foncé.

[Bérénice Balmat]

- Alors, voilà ce que je pense. Le Seigneur arrive avec son chose devant Marie, tout miel, manière de tâter un peu de Sa douceur. Et Elle, Elle lui refuse le droit de cuissage.
 - Et pourquoi qu'Elle ferait ça ?
 - Pour rester pure. Seigneur ou bonshommes, Elle sait qu'elle doit rester pucelle à jamais, histoire d'être plus sainte que les autres ; sinon, ça serait rien qu'une autre pouffieuse. (...) Alors, le Seigneur devient fou, vraiment fou, courroucé comme selon Son bon droit. Pis, Il la Lui met quand même.
 - Que non !
 - Que si !
 - Mais, pouvait-Il pas, chais pas, moi, La faire vouloir ?
 - Il a essayé ! Mais tout le monde a ses limites, frérot, et même le Seigneur peut pas obliger une fille à vouloir écarter les jambes pour Lui, même s'Il peut l'obliger tout court.
 - Pauvre Marie.
 - La prends pas en pitié, parce qu'Elle a eu sa revanche. Elle s'est débrouillée pour que le fils du Seigneur soye le plus louvoyeux, le plus salope, le plus lâche de tous les couards des mille ans à venir.
 L'illumination embua les yeux d'Hegel :
 - Elle a fait ça pour Se venger ?
 - C'est la pire chose possible, d'avoir un petiot comme ça. Et c'est pour ça qu'Elle est sainte, frérot. De tous les gens que le Seigneur a mis à l'épreuve et a puni, c'est la seule qui lui a rendu des coups, et encore pis que ce qu'Il lui a fait.

La triste histoire des frères Grossbart, Jesse Bullington, Eclipse, 2013.

*****

UN PHOTOGRAPHE – Vincent Munier

Imaginez-vous un instant au Salon du Livre à Genève, coincé(e) entre un groupe de grand-mères piaillant devant le nouveau Marc Lévy et une poussette garée en double fil, le tout avec pour fond sonore une incompréhensible conférence au son saturé. Alors que gentiment vous perdez tout espoir de pouvoir vous extraire de la masse et que déjà votre âme n’est relié à votre corps que par un cheveu, le salut arrive, vous roulez-boulez dans une exposition de photo… et vous voilà désormais happé(e) dans un monde d’une blancheur immaculée.

Photographe animalier, Vincent Munier propose des clichés d’animaux aux compositions des plus épurées et pourtant empruntes d’une certaine magie. La photo oscillera parfois vers le dessin tant le blanc n’est entaché que de quelques traits noirs, tandis que d’autres fois le pelage ruisselant d’un ours polaire surprendra par la netteté de ses gouttes et l’impression de proximité ressentie. Qu’on ne s’y trompe pas, s’il y a un talent plus que certain pour la composition, il y a aussi la chance incroyable d’avoir pu approcher des modèles des plus surprenants : loups blancs, ours polaires ou troupeaux de rennes ou de lapins pour ne citer que l’exposition du Salon du Livre.

[Bérénice Balmat]

ARC08

Site de Vincent Munier

*****

UN (WEB)COMICTu Mourras Moins Bête, par Marion Montaigne

« … mais tu mourras quand même » nous précise malicieusement la bannière du blog de Marion Montaigne. Le ton est donné : au menu, de la vulgarisation, de l’explication improbable sur des sujets parfois tout aussi improbables, mais surtout de l’humour ! Venez suivre les aventures du Prof Moustache, brillante jeune femme qui, armée de sa splendide moustache, aiguille son lectorat sur des questions que vous vous êtes tous posés, allant du « Pourquoi les bébés bavent autant ? » au très classique « Comment faire pour devenir un beau fossile qu’on admire et qu’on chérit ? ». Chaque « épisode » débute par une question posée sous forme de carte postale à la Prof, carte postale qui à elle seule saura vous rendre jouasse pour le restant de la journée. Néanmoins, dans le doute, lire la suite est plus que conseillée !

[Bérénice Balmat]

Tu Mourras Moins Bête – Marion Montaigne, 2008-2016.

Tu Mourras Moins Bête T.1, Marion Montaigne, Ankama, 2011.

Tu Mourras Moins Bête T.2, Marion Montaigne, Ankama, 2012.

Tu Mourras Moins Bête T.3, Marion Montaigne, Ankama, 2014.

Tu Mourras Moins Bête T.4, Marion Montaigne, Ankama, 2015.

*****

N’HÉSITEZ PAS À NOUS ENVOYER VOS IDÉES ET VOS TEXTES POUR LES SEMAINES À VENIR!