Les lumières s’éteignent… Ha non, on rallume brusquement la salle pour nous annoncer que la productrice Shin Su-won vient d’arriver et qu’elle sera disponible pour nos questions en fin de séance du fameux Madonna, sélectionné à la compétition internationale de longs métrages cette année. Et puis on plonge enfin dans l’ombre de la Corée du Sud, pas celle des projecteurs que l’on lui connaît bien avec ses idoles brillantes et ses airs états-uniens. Non, là, on sent la soumission à l’ordre, le regard fuyant, celui du riche et de l’aîné, la pression au conformisme de la société, le poids de naître femme et surtout, de donner naissance. À travers Madonna, la féminité pure est souillée de sang, de larmes et de sperme. Elle gagne cependant une alliée, ou serait-ce une ennemie de plus au sein de cette société qui la dévaste ? Le parallèle entre ces deux femmes est fascinant, leur histoire surprenante et… la séance finie. Déjà ? Oui, malgré les deux heures de projection, la tension du début d’intrigue est toujours intacte. On se relève le cœur lourd, la tête haute. La femme n’est pas vaincue.

Photographie du film Madonna

Copyrightⓒ2016 문화뉴스. 문화가 있는 날•예술이 있는 삶을 빛내는 문화뉴스 munhwanews.com. All rights reserved.