Dans le cadre de cette deuxième semaine consacrée à l’accueil des réfugiés et des migrants non pas par les secteurs privés et publics mais par les étudiants de Fribourg, nous avons eu la chance et le plaisir de rencontrer celle qui, à l’aide d’une amie, a mis en place l’association « la Red ».

Photo_LaRed

C’est à la route de la Glâne 47 que nous avions convenu de nous rencontrer, à l’endroit même où se trouve la fameuse Red. Bâtie en bord de route, la maison tend à se confondre avec les autres villas de la rue. Mais l’énorme dessin parant le balcon, où oiseaux et montagnes agrémentent l’écriteau, nous indique que non, nous ne sommes pas n’importe où, nous sommes bel et bien à la Red, maison de rencontre de Fribourg. Pas besoin de sonner, la maison est ouverte à tous et personne n’en est le locataire « principal ». A notre arrivée, Salomé, avec qui nous avions rendez-vous, nous accueille et nous fait visiter la bâtisse. La cuisine abrite plusieurs personnes occupées à concocter le repas du soir. Dans le salon, une grand-mère joue avec ses petits-fils, un jeune s’improvise DJ, des femmes se réjouissent de se revoir tandis qu’un groupe d’hommes discutent entre eux. Au milieu du grand salon repose le cœur de la maison, en tout cas celui qui les réchauffe, et qui semble avoir été là avant même que la maison ne soit construite, comme-ci elle avait été bâtie autour de lui ; le poêle, qui s’alimente au rythme des va-et-vient des personnes présentes. Au sous-sol, un studio d’enregistrement a été aménagé par une équipe motivée à faire de la radio, en collaboration avec des réfugiés. A l’étage, nous visitons une première pièce dans laquelle de nombreux vêtements sont plus ou moins rangés par pièce dans des armoires improvisées ; le free shop de la Red a « rendu service à plus d’une personne durant cet hiver. Certains n’avaient qu’un petit pull quand ils sont arrivés et ils ont pu prendre un bon manteau » souligne Salomé. Deux machines à coudre sont à la disposition des plus créatifs et des plus téméraires. La deuxième pièce de l’étage a été transformée en salle de classe, où quatre grandes tables rectangulaires sont alignées en face du tableau. C’est dans cette pièce que Salomé et Munib, un autre membre du comité venu nous rejoindre nous consacrent un peu de temps pour nous présenter leur association.

Comment tout a commencé …

Un petit comité de six personnes, une maison abandonnée, l’envie de créer un espace ouvert à tous, sans distinction de race ou de classe, voilà comment tout a commencé. Face à la crise migratoire que l’Europe a vécu ces derniers mois, Salomé et son équipe constate qu’aucun endroit n’est réellement propice à des rencontres interculturelles à Fribourg. C’est alors que leur vienne l’idée d’une place de rencontres où l’argent est absent. Récupération, partenariat avec des boulangeries ou des producteurs, coup de main sont les seuls moyens d’échange utilisés au sein de l’association, et jusque-là, cela fonctionne plutôt bien. « En ce qui concerne le loyer et les charges, nous pouvons pour le moment compter sur des dons » ajoute Salomé.

Partage des tâches comme unique « hiérarchie »

L’esprit de la Red se caractérise par une volonté d’autonomie et d’autogestion. Aussi, il s’est très vite avéré que le partage des tâches serait le meilleur moyen d’aboutir à ce but. L’un gère les finances, l’autre les activités, un troisième les repas, une quatrième la communication dans le but qu’une fois instaurées et ancrées, ces tâches ne soient plus appréhendées comme telles. Pour le moment, le comité est responsable de mettre à disposition la maison mais la mission de la Red est que ce soit des personnes indépendantes (du comité) qui proposent des activités (tout en gardant l’esprit de la Red, évidemment). Et cela fonctionne ! Récemment, un groupe de collégiens accompagnés de leur professeur a investi la bâtisse et a réalisé diverses activités avec des requérants d’asile, un succès selon le comité. Présentée dernièrement au public, une radio indépendante a élu domicile dans une pièce de la Red. Ainsi, une collaboration entre étudiants et requérants est née et pourra être entendue sur les ondes prochainement. Toute personne souhaitant mettre en place une activité ponctuelle ou unique peut compter sur le soutien de la Red et plus qu’un partenariat, « ce sont des amitiés qui naissent » se réjouit Salomé.

Pas de concurrence, mais une harmonie

Pour se faire connaître, le comité de la Red n’a pas hésité à se rendre dans les foyers et les centres de requérants où il a pu discuté avec les directeurs. Ne souhaitant en aucun cas assurer ou remplacer le travail de l’Etat ou de l’ORS, la Red se présente davantage comme une structure complémentaire proposant des activités durant le temps libre. Et comme le dit un requérant lors de sa première visite à la maison « on ne peut proposer des activités que si on parle un peu français ». C’est pourquoi de nombreux cours de français ont été mis en place par le comité mais sont assumés aujourd’hui indépendamment par des professionnels-bénévoles. La volonté d’une collaboration entre les nombreuses associations existantes à Fribourg se ressent vraiment et comme le dit Munib « il n’y a jamais trop d’aide, nous voulons vraiment être en harmonie avec ce qui existe déjà ». Pour preuve, le choix du jour du traditionnel repas de la Red a été murement réfléchi pour ne pas empiéter sur celui d’autres associations ; puisque le mardi est réservé au centre Fries, le jeudi à la Coutellerie et le vendredi à la Passerelle, la Red est ouverte à toutes et tous pour le repas les mercredis soir.

Après six mois…

Présente depuis octobre 2015, ce n’est pas moins d’une centaine de personnes qui fréquente aujourd’hui les lieux, de façon plus ou moins régulière. La maison est ouverte tous les jours à qui souhaite présenter une activité, un projet, cuisiner un repas, discuter, écouter ou simplement prendre du bon temps. Sous l’impulsion des personnes présentes, de nombreuses activités verront le jour cet été, grâce notamment au potager par lequel l’association espère augmenter son autonomie. Et comme Salomé aime le rappeler « la maison vit grâce aux activités des personnes ».

Pour plus d’informations sur les activités de la Red :

http://www.associationlared.ch

ou

https://www.facebook.com/laredfribourg/photos/a.1766870033540417.1073741829.1763297593897661/1836234259937327/?type=3&theater