Une consommation durable à portée de main

Souhaitez-vous soutenir une production durable mais ne savez pas comment vous y prendre ? Et pourquoi ne pas s’y mettre tout de suite ? Laissez-vous inspirer par notre carte interactive qui vous offre un aperçu des lieux de Fribourg proposant une réelle alternative aux habitants. Elle vous servira de point de repère sur votre chemin de découverte vers une consommation durable à petite échelle.


Consommer est un acte omniprésent, profondément ancré dans notre quotidien ; nous consommons des biens (objets matériels) et des services dans le but de satisfaire nos besoins. Nous nous définissons alors, en grande partie, par ce que nous faisons mais aussi par ce que nous possédons et donc achetons : nous sommes ce que nous consommons. Mais comment pouvons-nous consommer, où et pourquoi, sans y perdre le plaisir de l’acte en soi, tout en gardant bonne conscience ? Cela exige une véritable réflexion individuelle, une remise en question d’un mode de vie, des besoins réels et de ce que signifie finalement « consommer ». Ai-je vraiment besoin du dernier iphone7 ? Dois-je accroître l’assortiment d’habits de mon armoire déjà débordante ? S’engager dans une telle pensée nous amène pas à pas sur la voie d’une consommation dite durable. Dans un premier temps, cela devrait signifier de consommer moins. Mais ne nous envolons pas et gardons les pieds sur terre, car il n’est pas toujours facile d’échapper aux commerces et leurs éventaires enjôleurs. Les vitrines nous sourient, les odeurs nous envoûtent à tous les coins de rues et nous dupent subrepticement, et un fort besoin illusoire de devoir et de vouloir consommer s’impose peu à peu à nous…

Il ne s’agit donc pas de renverser le système établi mais de redéfinir l’acte relatif à la consommation, et cela à une petite échelle. Car passer à l’acte n’est pas une démarche aussi simple que l’on imagine, d’autant moins si l’on ignore les alternatives existantes dans son environnement – d’où mon souhait de créer quelque chose de tangible pour toutes et tous. Rappelons-nous que souvent ce n’est pas un manque de volonté ni une absence d’appétence morale qui est à l’origine d’une inaction mais un réel manque d’information. Afin de prendre des mesures pour réaliser un tel projet et favoriser le passage à l’action, j’ai à mon tour entamé une réflexion sur moi-même et analysé mes convictions et mes habitudes. J’ai alors eu une idée pour enfin passer d’un discours théorique à l’action : ci-dessous vous découvrirez une carte de Fribourg qui présente un aperçu global des lieux proposant une consommation dite alternative et durable à Fribourg, s’opposant à une consommation au sens classique et promouvant de réels modèles alternatifs de création de richesse et de prospérité. Même si l’on possède des biens matériels (ordinateur, habits, accessoires, etc.), l’on peut se décider pour une consommation durable en optant par exemple pour la réparation d’un portable au lieu de le jeter sur le tas immense des objets oubliés. Ainsi on échappe à la submersion des biens matériels et parvient à rétablir une relation réelle avec les individus qui nous entourent. Même si la route est longue, tout cheminement commence par de petits pas.

Pour les gens qui ont l’esprit consommateur plutôt tourné sur Berne, voici un lien qui reprend cette même idée de soutenir un développement durable : http://www.bene-unibe.ch/projekte/bene-stadtplan/. L’association BENE y propose une liste exhaustive de lieux de consommation durable dans la ville de Berne.